Tuesday, 29 September 2015

GILBERT DIENDERE CHEF DE COUP D,ETAT PORTE DISPARU A OUAGADOUGOU BURKINA FASO



Des coups de feu ont été entendus dans la capitale Ouagadougou Burkina Faso, autour de la caserne de la garde présidentielle, qui a organisé un coup plus tôt ce mois.
L'armée a entouré la caserne, accusant la garde de ne pas déposer les armes après le coup de courte durée, disent les rapports.
Putschiste Gen Gilbert Diendéré a appelé la garde présidentielle à se rendre "pour éviter un bain de sang".
L'aéroport international de la ville a été fermée
au milieu des craintes de violence.
Un ancien ministre des Affaires étrangères a également été arrêté en relation avec le coup d'Etat.
Les gardes présidentiels cédé le pouvoir mercredi dernier après que l'armée oppose le coup ils ont organisé une semaine plus tôt.
Africa Live: BBC nouvelles mises à jour
Le gouvernement affirme qu'il a réintégré dissous leur unité d'élite, qui est fidèle à l'ancien dirigeant Blaise Compaoré et Gen Diendéré.
M. Compaoré a été renversé par un soulèvement populaire l'an dernier après avoir tenté de modifier la Constitution pour prolonger son règne de 27 ans.
Djibril Bassolé, qui a servi comme ministre des Affaires étrangères de M. Compaoré, a été arrêté sur des allégations selon lesquelles il a soutenu le coup, selon des sources sécuritaires.
Il a nié l'allégation.
Burkina Faso garde présidentielle avec RPGsImage copyrightAFP
Légende de l'image
Les gardes présidentiels sont pensés pour être les soldats les mieux entraînés du pays
Correspondant de la BBC Afrique de l'Ouest Thomas Fessy dit l'armée a menacé de lancer une attaque de désarmer les gardes présidentiels, qui sont dans leurs casernes près du palais présidentiel.
Chef de l'armée du personnel Gen Pingrenoma Zagre a ordonné aux gens de ne pas se lancer dans le quartier, dit-il.
Soldats équipés de mitrailleuses et de grenades propulsées par fusée ont également été postés à plusieurs intersections, l'agence de nouvelles AFP rapporte de la capitale.
Plus tôt, Gen Diendéré déclaré à l'AFP qu'il essayait de raisonner avec ses hommes qui refusaient de désarmer.
"Je joue médiateur. Les hommes sont déterminés. Nous essayons de les calmer," il est cité comme disant.
Environ 10 personnes ont été tuées dans les manifestations qui ont suivi le coup d'Etat.
Gen Diendéré est l'ancien chef de M. Compaoré du personnel, mais nie avoir eu de contact avec lui avant qu'il a organisé le coup d'Etat.
Il a donné le pouvoir au gouvernement suite à un accord négocié par les leaders régionaux, et a déclaré que le coup d'Etat était une «erreur».
L'accord exige que les gardes présidentiels de désarmer, mais peu d'entre eux ont le faire, dit notre correspondant.
Les gardes présidentiels, qui chiffre entre 1000 et 3000, sont censés être les troupes les plus bien formés dans l'Etat ouest-africain.

www.nzube.com